Free Ali Aarrass 28 mars 2017

Le Comité contre la Torture (CAT) des Nations Unies dénonce l’enfermement en isolement du Belge Ali Aarrass au Maroc (28 mars 2017)

Free Ali Aarrass enfermé en isolementLe 17 mars dernier, les avocats d’Ali Aarrass ont saisi le Comité contre la Torture (CAT) de l’ONU pour que les autorités marocaines mettent fin aux conditions de détention solitaire d’Ali Aarrass.  

Le 28 mars, le CAT a fait droit à leur demande et ordonne une mesure provisoire pour que « le régime pénitentiaire de Ali soit allégé et ses droits garantis ». 

C’est une victoire importante dans le combat pour la libération d’Ali Aarrass et contre les conditions de détention inhumaines.

I. Les conditions d’isolement d’Ali Aarrass 

–          »  Monsieur AARRASS est détenu dans une aile de la prison qui comprend un rez-de-chaussée et un étage. Du côté de cette section où il se trouve,  il y a des détenus au rez-de-chaussée  mais il est seul à l’étage où se trouvent pourtant 26 cellules. De l’autre côté de la section, les cellules des deux niveaux sont occupées. Les autres détenus de cette section sont apparemment en régime semi-ouvert – porte de cellule ouverte plusieurs heures par jour – et, bien entendu, vont au préau collectivement.

–          Sa cellule mesure environ 6 mètres carrés.

–          Il dispose d’un lit en béton sans matelas, ni mousse. Il a aménagé sa couche en y disposant ses vêtements et les couvertures dont il dispose.

–          La toilette est un modèle « à la turque » que Monsieur AARRASS bouche tant bien que mal avec une bouteille d’eau pour supporter les odeurs.

–          La cellule comprend une table en béton mais pas de chaise et l’emplacement du lit ne permet pas de l’utiliser comme banc.

–          Le lavabo ne donne que de l’eau froide.

–          Il y a deux étagères en béton, sans porte, pour disposer ses effets personnels.

–          La fenêtre mesure environ 45 x 60 cm. Située à 3 m de haut, Monsieur AARRASS ne peut regarder vers l’extérieur (vue sur une cour toujours vide) ou voir le ciel (mais jamais le soleil) qu’en montant sur le lavabo.

–          La télévision est encastrée dans le mur. La télécommande lui est remise et reprise quotidiennement par les agents, les piles lorsqu’elles sont plates ne sont pas remplacées.

–          La radio est interdite.

–          Monsieur AARRASS n’a pas reçu tous ses livres suite à son transfert.

–          La lumière de la cellule est allumée de l’extérieur par les agents.

–          Comme il n’y a pas de bouton d’appel, pour demander quoi que ce soit, Monsieur AARRASS frappe sur les barreaux ou crie… ou attend.

–          L’extinction des feux se fait quotidiennement à 22h.

–          La cellule est fermée par une double porte : une en acier et une grille américaine. La porte reste régulièrement ouverte sans que cela permette toutefois à Monsieur AARRASS de voir ou de parler avec d’autres détenus. La grille est évidemment toujours fermée. Cette grille ne comporte pas de guichet de sorte que, lors de la distribution du repas, l’agent passe son bras au travers de la grille et renverse la nourriture dans une boite.

–          L’eau potable doit être achetée.

–          Monsieur AARRASS ne reçoit qu’un vrai repas par jour, le midi, généralement servi froid ou tiède. Le matin il reçoit un ersatz de thé ou café et le soir uniquement de la soupe.  Le reste, il doit l’acheter à la cantine mais il ne peut le faire qu’une fois par mois.

–          Monsieur AARRASS a droit à une heure de préau par jour ; l’horaire de cette sortie est variable et imposé par le personnel pénitentiaire. Il y est seul.

–          Il peut prendre une douche une fois par semaine. C’est le seul moment où il a accès à de l’eau chaude. Pour faire sa toilette quotidienne, il laisse une bouteille au soleil pendant son heure de préau et espère ainsi avoir de l’eau moins froide.

–          Il peut téléphoner une fois par semaine, le mardi, 5 minutes à son épouse, 5 minutes à sa sœur.

–          Il ne croise jamais un détenu lors de ces mouvements. Quant au personnel, il se comporte avec lui de manière très froide, ne laissant place à aucune personnalisation des relations.

–          Les visites ne peuvent se faire que le lundi. La famille de Monsieur AARRAASS venant de Melilla ou de Belgique, il ne voit un proche au mieux qu’une fois par mois. Pourtant, ce 27 février 2017, la sœur de Monsieur AARRASS n’a été autorisée à la voir que 25 minutes.

–          Les colis alimentaires de denrées non périssables que veulent lui envoyer ses proches sont refusés.

–          Le 27 février 2017, la sœur de Monsieur AARRASS, qui n’a pu le rencontrer que 25 minutes, avait apporté les effets et aliments suivants :

 –                                         Oranges, pommes  et bananes : acceptés

o   Dattes : refusées

o   Crayons de couleurs et farde à rabats, tube de colle : acceptés

o   Taille crayon : refusé

o   Boules Quies : acceptés

o   Coton-tige : refusé

o   Balles de tennis neuves, emballées sous vide, pour se dégourdir et jouer seul : refusées

o   Chocolat et biscuits : refusés

o   Petite casserole et couvercle pour demander aux gardiens de lui chauffer de l’eau pour sa toilette : refusés

o   Piles pour la télécommande de la télévision : refusées au motif qu’il peut les cantiner – ce qui en tout cas n’a pas été possible jusqu’à ce jour

o   Complément alimentaire en poudre sous vide : refusé

o   Blaireau pour le rasage : refusé« .

II. Les conditions d’isolement pour la famille

Farida Aarrass avec photo AliTémoignage de Farida, la soeur d’Ali Aarrass : « J’ai le cœur gros, la tristesse me l’a ravagé », récit d’une visite à Ali Aarrass à la prison de Tiflet 2 “.

Lire l’article ICI

Houria-la-femme-dAli-Aarrass-1024x768Témoignage de Houria, la femme d’Ali Aarrass : « J’ai pris ses mains glacées dans les miennes », lettre de Houria, la femme d’Ali Aarrass, sur sa visite à son mari à la prison de Tiflet 2″

Lire l’article ICI

 



About

Prison activist and editor. Luk Vervaet is the author of « Le making-of d'Anders B. Breivik » (Egalité=Editions, 2012), « Nizar Trabelsi : Guantanamo chez nous ? (Editions Antidote, 2014), " De grote stap achterwaarts, teksten over straf en gevangenis" (Antidote & PTTL, 2016). He is co-author of « Kim et Ken, mes enfants disparus » (Editions Luc Pire, 2006), « Condamnés à la prison? Ecrits sur un monde caché » (Revue Contradictions, 2008) et « L'affaire Luk Vervaet : écrits sur un interdit professionnel » (Revue Contradictions, 2011).


'Le Comité contre la Torture (CAT) des Nations Unies dénonce l’enfermement en isolement du Belge Ali Aarrass au Maroc (28 mars 2017)' have no comments

Be the first to comment this post!

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published.

Images are for demo purposes only and are properties of their respective owners. Old Paper by ThunderThemes.net Admin by Numic