Hassan diab

The Ordeal of Hassan Diab / L’épreuve subie par Hassan Diab”, by/par Judith Deutsch

Source (English) 

Source (Français)

In December 2014, Hassan Diab, the former Carleton University sociology professor, husband to Rania, father of a lovely toddler daughter and one month before the birth of their delightful baby son, was whisked from his home by Canadian officials and extradited to France. The reason: suspicion that he was involved in the bombing of a Paris synagogue in 1980. It did not seem to matter to Canadian and French authorities that he was in Beirut at the time of the bombing, that his fingerprints did not match the proffered evidence and that the handwriting analysis was flawed. There was no personal history that could connect Hassan Diab in any way with this deed, and Canadian judge Maranger said that the evidence was “very problematic,” “convoluted,” “very confusing,” and “with conclusions that are suspect.” Nor did it matter that Canadian extradition policy does not protect the rights of Canadian citizens.

France has the wrong guy. Bring Hassan home

Hassan Diab’s ordeal began in October 2007 when he noticed that unidentified agents were following him and when someone tried to break into his home. He reported these incidents to the Ottawa police, but the intimidating and intrusive surveillance persisted. He was arrested in 2008, and after many legal appeals he was extradited to France in 2014. He has now spent almost 1000 days in a French prison and is yet to be charged. To date, the Canadian government is silent. Not a word from Prime Minister Justin Trudeau, Foreign Minister Chrystia Freeland, Justice Minister Jodie Wilson-Raybould. No mea culpa from the former Harper government.

On April 24, 2017 French investigative judges ordered Diab’s release for the sixth time, citing evidence that Mr. Diab was in Beirut during the Paris bombing. All six release orders have been summarily overturned on appeal. On June 15, 2017, Amnesty International issued a press release expressing concern about France’s “alleged use of anonymous, unsourced and uncircumstanced evidence that may have been obtained by torture.” Hassan Diab’s defenders include Amnesty International, the Canadian Civil Liberties Association, the B.C. Civil Liberties Association, the Canadian Association of University Teachers, Independent Jewish Voices, Union Juive Francaise pour La Paix (France). Counted among his many supporters are Noam Chomsky, Canadian filmmaker John Greyson, Monia Mazigh, and Hassan Yussuff (President of Canadian Labor Congress).

Injustice – Past and Present

Canada just celebrated 150 and the French republic is 225, but innumerable injustices persist. Hassan Diab is a case in point because what is happening to him eerily repeats the past. Every person educated in France, and many Canadians, know about the Dreyfus Affair. At the turn of the 20th century, the Jewish French soldier Alfred Dreyfus was charged with treason and given a life sentence at Devil’s Island. The accusation was based on fraudulent handwriting analysis. Emile Zola, the eminent French writer, wrote about the framing of Dreyfus in J’Accuse, a rallying cry against racism and state injustice:

“…the ultimate slap in the face to any notion of truth or justice. Dreyfus is innocent… Hiding behind this odious anti-Semitism which will kill the great and liberal France – It is a crime to exploit patriotism for works of hate.”

The actual perpetrator was known to French authorities but was never charged. Dreyfus remained in prison and it took years for him to be exonerated. Just like Dreyfus, Diab’s case rests on fraudulent handwriting analysis, and racism finds its current expression in Islamophobia. French and Canadian authorities appear to ignore this history.

Not long after the Dreyfus Affair, Franz Kafka wrote about judicial secrecy and arbitrary detention in The Trial, a novel of psychological terror in which the prisoner is not even informed about the accusations or the identity of his accusers. Hassan Diab wrote a poem called “The Trial”:

“Kafka visited me… I told him about my trial and he told me about his… It pained us very much that history keeps repeating itself… Dreyfus was one hundred years ago. Did we learn anything? Did anything change?”

In the great contemporary poem J’Accuse, the Israeli poet Aharon Shabtai writes that it takes a whole orchestra to perpetrate state crimes. He cites: “the TV announcer and the professor, a long lineup of Men of Letters. Each one of these authorities sees to his part in the plan: one’s in charge of liquidation, another of the daily harassment… the staged negotiations, the corporate politics…” At the time of Hassan’s initial detention, there was a culture of indifference to state violence against civilians by the highest authorities in Canada. Former Prime Minister Harper said that Israel’s hugely disproportionate attack on Gaza’s trapped, civilian population was “measured.” Liberal Party leader Michael Ignatieff, recognized as a global authority on human rights, initially said that he “did not lose sleep” over Israel’s attack on civilians in Qana. Ignatieff was instrumental in crafting the Responsibility to Protect and the “lesser evil” doctrines which justified torture, deportation, extrajudicial targeting of civilians, and wars in order to prevent worse violence. Militarism insidiously infects everyday life.

Cui bonoWho benefits from contriving a villain? Hassan Diab is a gentle and thoughtful man, an academic, a family man who likes to cook. In Canada, Diab’s incarceration, his suspension from his university position, and his extradition has a strong and powerful advocate in Avi Benlolo, CEO of the Friends of the Wiesenthal Centre. Simon Wiesenthal was a Holocaust survivor who became a “Nazi hunter” after World War II. The Wiesenthal Centre more recently hunts alleged Islamic terrorists. The Israeli newspaper Haaretz reported that Benlolo called “Carleton University’s reinstatement of Hassan Diab ‘shocking… inexplicable, outrageous’ … and said the university was treating ‘an accused terrorist mass murderer as if he was charged with drunk driving’.” Guilty until proven innocent? Benlolo’s global network includes “senior officials in law enforcement” and “thought-leaders,” G.W. Bush, Bill Clinton, Shimon Peres, Tony Blair, John Howard, Rudy Guiliani. He accompanied former P.M. Stephen Harper to Israel along with a member of the violent and racist Jewish Defense League. This year Benlolo is the honoree of the University of Haifa, “in recognition of his leadership as a prominent Canadian human rights activist promoting tolerance and democracy…”[1]

“Hunting” people allows victims to become perpetrators. The orchestra of militarism permits all-out-war, incarceration of innocents, and petty banalities of evil like not even allowing Hassan Diab to say goodbye to his daughter when he was extradited. For Canada at 150 and France at 225, many in power have yet to understand justice. •

Judith Deutsch is a columnist for Canadian Dimension magazine, former president of Science for Peace, and a psychoanalyst by profession. She can be reached at judithdeutsch0@gmail.com.

Endnotes

1. P. 8-9 in Eyal Weizman (2011). The Least of All Possible Evils: Humanitarian Violence from Arendt to Gaza. Verso. And Derrick O’Keefe (2011). Michael Ignatieff: The Lesser Evil? Verso, 2011.

Justice for Hassan Diab

(français)

“L’épreuve subie par Hassan Diab”

En décembre 2014, Hassan Diab, ancien professeur de sociologie à l’Université de Carleton, époux de Rania, père d’une petite fille, a été arrêté chez lui par des officiers de police canadiens un mois avant la naissance de leur fils, puis extradé en France. Pourquoi ? On le soupçonnait d’avoir participé en 1980 à un attentat à la bombe contre une synagogue parisienne, alors qu’il se trouvait à Beyrouth au moment de l’attentat.

Ses empreintes digitales ne correspondaient pas à l’évidence, et l’analyse graphologique était incorrecte, mais cela importait peu aux autorités canadiennes et françaises. Rien dans l’histoire personnelle d’ Hassan Diab, n’avait de lien avec cet acte. Le juge Maranger, canadien, a déclaré que l’évidence était « très problématique, alambiquée, très embrouillée » et « les conclusions, suspectes ». Et peu importait que la politique d’extradition canadienne ne protège pas les droits des citoyens canadiens.

L’épreuve d’Hassan Diab a commencé en octobre 2007, lorsqu’il s’est rendu compte que des agents non identifiés le suivaient et que quelqu’un avait tenté de s’introduire chez lui. Il a signalé ces incidents à la police d’Ottawa mais la surveillance intimidante et intrusive a continué. On l’a arrêté en 2008, puis en 2014, après de nombreux recours juridiques, on l’a extradé en France. Il a maintenant passé presque 1.000 jours dans une prison française sans être accusé. Jusqu’à ce jour, le gouvernement canadien reste silencieux. Pas un mot de la part du Premier Ministre Justin Trudeau, ni du Ministre des Affaires Étrangères, Chrystia Freeland, ni du Ministre de la Justice, Jodie Wilson-Raybould. Pas de mea culpa de l’ancien gouvernement Harper.

Le 24 avril 2017, les juges d’instruction français donnent l’ordre de libérer Diab, pour la sixième fois, et indiquent les preuves que M. Diab était à Beyrouth lors de l’attentat de Paris. Tous les six ordres de libération sont rejetés expéditivement en appel. Le 15 juin 2017, Amnesty International (Amnistie internationale – AI) publie un communiqué de presse qui s’inquiète de « l’emploi présumé, par la France, de preuves anonymes, de sources inconnues, non justifiées, qui ont peut-être été obtenues sous la torture ». Parmi les défenseurs d’Hassan Diab, se trouvent Amnesty International, the Canadian Civil Liberties Association, the B.C. Civil Liberties Association, the Canadian Association of University Teachers, Independent Jewish Voies, Union Juive Française pour La Paix (France). Ceux qui, parmi tant d’autres, le soutiennent, sont Noam Chomsky, le cinéaste canadien John Greyson, Monia Mazigh, et Hassan Yussuff (Président du « Canadian Labor Congress »).

L’Injustice – au Passé et au Présent

Le Canada vient de fêter ses 150 ans et la République française ses 225 ans, mais les innombrables injustices persistent. Hassan Diab est en est un exemple : ce qui lui arrive est une étrange copie du passé. Toute personne éduquée en France et de nombreux Canadiens connaissent l’Affaire Dreyfus : À l’aube du vingtième siècle, le soldat juif français, Alfred Dreyfus est accusé de trahison et condamné à la déportation à vie sur l’île du Diable. L’accusation se base sur une analyse graphologique frauduleuse. Émile Zola, le grand écrivain français, écrit un article sur l’incrimination de Dreyfus, intitulé « J’accuse », cri de ralliement contre le racisme et l’injustice d’état :

« … gifle ultime contre la notion de vérité ou de justice. Dreyfus est innocent…On se cache derrière cet odieux antisémitisme qui tuera la grande France libérale. C’est un crime d’exploiter le patriotisme pour des œuvres de haine ».

L’auteur avéré était connu des autorités françaises mais on ne l’a jamais accusé. Dreyfus est resté en prison et n’a été exonéré que bien des années plus tard. Tout comme celui de Dreyfus, le cas Diab repose sur une analyse graphologique frauduleuse, tandis que le racisme s’exprime maintenant par l’islamophobie. Les autorités françaises et canadiennes semblent méconnaître cette partie de l’histoire.

Peu de temps après l’Affaire Dreyfus, Franz Kafka parla du secret judiciaire et de la détention arbitraire dans The Trial (Le Procès), roman sur la terreur psychologique, dans lequel on ne dit pas au prisonnier de quoi il est accusé ni quels sont ses accusateurs. Hassan Diab a écrit un poème intitulé « Le Procès » :

« Kafka m’a rendu visite… Je lui ai raconté mon procès et il m’a raconté le sien… Ça nous a fait bien du mal de voir que l’histoire se répète… Dreyfus, c’était il y a cent ans. A-t-on appris quelque chose ? Du changement ? »

Dans le beau poème contemporain, J’accuse, le poète israélien Aharon Shabtai écrit qu’il faut un orchestre au complet pour perpétrer des crimes d’état. Voici : « le présentateur de télévision et le professeur, une longue rangée d’Hommes de Lettres. Chacune de ces autorités remplit son rôle dans le plan : l’un ou l’une s’occupe de l’élimination, l’autre du harcèlement … mise en scène de négociations, stratégie de groupe… » Au moment de la première détention d’Hassan, il existait une culture d’indifférence à la violence d’état contre les civils, de la part des plus hautes autorités du Canada. L’ancien Premier Ministre Harper avait qualifié l’attaque monstrueusement disproportionnée contre la population civile piégée à Gaza, de « mesurée ». Le chef du Parti Libéral Michael Ignatieff, reconnu comme une autorité mondiale dans le domaine des droits de l’homme, dit au début que l’attaque contre les civils de Qana ne l’avait pas empêché de dormir. Ignatieff a contribué à élaborer les doctrines de la « Responsabilité de Protéger » et du « Moindre Mal », qui justifient la torture, la déportation, les assassinats extrajudiciaires de civils et les guerres, « pour prévenir les pires formes de violence ». Le militarisme infecte sournoisement la vie quotidienne.

Cui bono ? À qui profite d’inventer un méchant ? Hassan Diab est un homme doux et attentionné, un intellectuel ; c’est un bon père de famille qui aime faire la cuisine.

Au Canada, l’incarcération de Diab, sa suspension de son poste universitaire et son extradition ont en Avi Benlolo un avocat fort et puissant, Président-Directeur Général des Amis du Centre Wiesenthal. Simon Wiesenthal était un survivant de l’Holocauste, qui était devenu « Chasseur de Nazis » après la Seconde Guerre Mondiale. Le Centre Wiesenthal chasse maintenant les soi-disant terroristes islamistes. Le journal israélien Haaretz a rapporté que Benlolo avait qualifié la réintégration d’Hassan Diab à l’Université de Carleton de « scandaleuse… inexplicable, grotesque » …et déclaré que l’université traitait « un accusé, un terroriste, un assassin de masse, comme s’il avait été déclaré coupable de conduite en état d’ivresse ». Coupable jusqu’à la preuve du contraire ? Le réseau mondial de Benlolo comprend des « hauts fonctionnaires de police » et des « maîtres à penser », tels que G.W. Bush, Bill Clinton, Shimon Peres, Tony Blair, John Howard et Rudy Guiliani. Il est allé en Israël avec l’ancien Premier Ministre Stephen Harper et un membre de la violente et raciste Ligue de Défense Juive. Cette année, Benlolo a été nommé « personne honorée » par l’Université d’Haïfa, « en reconnaissance de son rôle prédominant comme militant des droits de l’homme, promoteur de tolérance et de démocratie… »

« La chasse à l’homme » permet aux victimes de devenir perpétrateurs. L’orchestre du militarisme permet la guerre totale, l’incarcération des innocents et les petits détails du mal ordinaire : ne pas permettre à Hassan Diab de dire au revoir à sa fille lorsqu’on l’a extradé. En ce qui concerne le Canada à l’âge de 150 ans et la France à l’âge de 225 ans, beaucoup de ceux qui détiennent le pouvoir ne comprennent pas encore ce que signifie la justice.”

  • Judith Deutsch est chroniqueuse pour le magazine Canadian Dimension, ancienne présidente de « Science for Peace », et psychanalyste de profession. La contacter à judithdeutsch0@gmail.com

(Traduit par Chantal C. pour CAPJPO-EuroPalestine)

 



About

Prison activist and editor. Luk Vervaet is the author of « Le making-of d'Anders B. Breivik » (Egalité=Editions, 2012), « Nizar Trabelsi : Guantanamo chez nous ? (Editions Antidote, 2014), " De grote stap achterwaarts, teksten over straf en gevangenis" (Antidote & PTTL, 2016). He is co-author of « Kim et Ken, mes enfants disparus » (Editions Luc Pire, 2006), « Condamnés à la prison? Ecrits sur un monde caché » (Revue Contradictions, 2008) et « L'affaire Luk Vervaet : écrits sur un interdit professionnel » (Revue Contradictions, 2011).


'The Ordeal of Hassan Diab / L’épreuve subie par Hassan Diab”, by/par Judith Deutsch' have no comments

Be the first to comment this post!

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published.

Images are for demo purposes only and are properties of their respective owners. Old Paper by ThunderThemes.net Admin by Numic