Le court-métrage “Le Labyrinthe” de Mathieu Labaye montre l’obscurité de l’isolement.

“Le court-métrage Le Labyrinthe, long d’une dizaine de minutes et plutôt éprouvant, décrit l’isolement de l’univers carcéral. Un coup de cœur d’animation expérimentale.

Six mètres carrés, c’est peu. Surtout lorsqu’on ne peut pas en sortir. Pour son film Le Labyrinthe, Mathieu Labaye a choisi de montrer l’obscurité de l’isolement. Seul dans cette pièce minuscule, un détenu passe son temps à le tuer comme il peut.

Très vite, les journées deviennent les mêmes et la folie s’empare de lui peu à peu. Inactif, captif de ces quatre murs, sa vision s’obscurcit, ses sens le trompent et les hallucinations apparaissent. Là, seul avec son Minotaure intérieur, il erre prisonnier dans le labyrinthe de sa démence…”

LIRE LA SUITE ICI.



About

Prison activist and editor. Luk Vervaet is the author of « Le making-of d'Anders B. Breivik » (Egalité=Editions, 2012), « Nizar Trabelsi : Guantanamo chez nous ? (Editions Antidote, 2014), " De grote stap achterwaarts, teksten over straf en gevangenis" (Antidote & PTTL, 2016). He is co-author of « Kim et Ken, mes enfants disparus » (Editions Luc Pire, 2006), « Condamnés à la prison? Ecrits sur un monde caché » (Revue Contradictions, 2008) et « L'affaire Luk Vervaet : écrits sur un interdit professionnel » (Revue Contradictions, 2011).


'Le court-métrage “Le Labyrinthe” de Mathieu Labaye montre l’obscurité de l’isolement.' have no comments

Be the first to comment this post!

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published.

Images are for demo purposes only and are properties of their respective owners. Old Paper by ThunderThemes.net Admin by Numic